Sigmund Freud a écrit environ 20 000 lettres ; sa correspondance avec Paul Federn ouvre autant sur l’exhumation de situations cliniques que sur des incises théoriques. Ces lettres offrent également un point de vue sur l’homme Freud, sur sa vie relationnelle et sur ses contacts scientifiques, dévoilant le paysage d’une époque.

L’échange épistolaire présenté ici se compose de 143 documents, rédigés essentiellement par Freud, les lettres de Federn ayant été perdues, à quelques exceptions près. Au-delà de la singularité du lien entre les deux hommes, ce sont les débuts de la psychanalyse qui sont revisités. On voit ainsi à quel point Freud a pu s’appuyer sur celui qu’il considérait comme son bras droit pour défendre la cause de l’analyse profane ; par rebond, la publication de ces lettres rétablit la place de Federn dans l’histoire du mouvement psychanalytique. Leurs échanges témoignent de préoccupations qui restent d’une actualité étonnante.

Psychiatre de formation devenu le quatrième adhérent de la Société psychologique du mercredi, Paul Federn (Vienne, 1871-New York, 1950) fut une pièce maîtresse de l’histoire de la psychanalyse. Sa collaboration avec Freud, d’une longévité inégalée par aucun autre de ses disciples, dura trente-cinq ans. Son originalité a été d’ouvrir la voie de la prise en charge psycho­thérapique des psychoses en publiant le premier ouvrage psychanalytique de référence sur ce sujet. Pourtant, après sa mort, Federn tomba dans l’oubli, voire, fut considéré comme un « déviationniste » par certains membres influents de l’Association psychanalytique internationale.

En réunissant dans cet ouvrage trois textes de Federn inédits en français, Florian Houssier rappelle l’originalité et la fécondité des travaux de ce pionnier. Il souligne l’intérêt d’une investigation toujours actuelle pour penser et écouter nos patients d’aujourd’hui, à travers l’exploration des frontières du Moi dans la psychose, les rêves ou les actes manqués.

Le travail sur la mythologie, qui clôt ce bref recueil, s’inscrit dans la continuité du débat avec Freud à propos de la horde primitive et de l’organisation de
la société.