Ferenczi occupe, dans l’histoire de la psychanalyse, une place particulière. l’un des cliniciens les plus doués, l’un des penseurs les plus inventifs, et sans doute le plus estimé de Freud, il fut aussi l’un des plus controversés.

Nous présentons un Ferenczi « patient et psychanalyste », tout à la fois l’homme de passion et l’homme de savoir. La première partie prend en compte, à partir de sa correspondance avec Freud, ou de son Journal Clinique, la dimension pathétique de son transfert à Freud. La seconde analyse, à travers les aspects les plus originaux de sa pensée et de son œuvre, sa contribution spécifique à la théorie psychanalytique, et son apport, parfois contesté concernant les développements récents dans le champ de la clinique et des thérapeutiques.

« Notre corps n’est rien sans le corps de l’autre » (Ajuriaguerra). Ce livre parle du lien étroit entre corps et psychisme. Il montre l’impact des zones érogènes du corps sur la constitution du narcissisme du sujet. Certaines personnes présentent une défaillance de ce lien entre le somatique et le psychique (états-limites, personnalités narcissiques, psychosomatiques). La psychothérapie de relaxation (méthode Ajuriaguerra) s’adresse plus particulièrement à ce personnes. On trouvera ici un écho des investigations actuelles des psychanalystes et psychothérapeutes à partir de leur clinique.

Dès la fin des années cinquante, s’est développée une psychothérapie corporelle d’inspiration psychanalytique connue sous le nom de « technique Ajuriaguerra ». Les destins du corps en constitue l’ouvrage de référence indispensable.

En effet, sont rassemblés dans ce volume les textes qui ont marqué l’évolution de ce courant qui, par sa fidélité à la psychanalyse freudienne, se détache des autres pratiques corporelles existantes. Synthèses théoriques, études de cas confirment l’intérêt que représente cette méthode dans le cas de patients souffrant de maladies psychosomatiques, de névroses de comportement ou de carences narcissiques.

Pratiquée par des psychanalystes, la psychothérapie de relaxation s’appuie essentiellement sur la capacité de la psyché à percevoir ce que le corps éprouve et, dans un deuxième temps, à nommer, décrire ce qui a été perçu. Ainsi, le rôle du thérapeute est d’aider le patient à retrouver, à travers ses propres sensations, l’emprise sur son corps propre que, pour des raisons diverses liées à son histoire, il n’a pu avoir. Comme dans toute psychothérapie d’inspiration analytique, le soulagement du patient ne s’obtient qu’au prix d’un changement de son fonctionnement psychique.

Ce livre propose une réflexion théorico-clinique sur un outil psychanalytique encore trop méconnu, que l’auteur intitule : Cet autre divan. Il traite d’une autre façon d’utiliser la méthode psychanalytique de Freud pour les pathologies non névrotiques actuelles. Cet autre divan peut éveiller la curiosité, car ici le divan lui-même est un outil de la cure. Ce concept de la psychothérapie psychanalytique corporelle (PPC) est issu de la rencontre des travaux de Julian de Ajuriaguerra et des recherches post-freudiennes sur les pathologies des limites. Avec de nombreuses illustrations, l’auteur montre que la PPC permet le dégagement de l’archaïque traumatique à l’aide de la médiation corporelle, en prenant au transfert contretransfert les traces mnémoniques de la mémoire du corps pour libérer l’énergie libidinale. Ainsi s’opère la revitalisation des différents niveaux du fonctionnement psychique sans qu’aucun n’écrase l’autre, mais bien au contraire maintient vivant le lien entre eux, étant ainsi source de la créativité. L’originalité de cet abord psychanalytique est de faire travailler les paramètres oubliés parce que silencieux dans le cadre psychanalytique classique qui est mis en difficulté par les patients non névrotiques. Ce livre qui donne au corps toute son importance organisatrice pour la psyché montre que nous pouvons innover à partir de Freud pour aider psychanalytiquement ces personnes qui présentent des souffrances identitaires et narcissiques et qui s’adressent à nous.

Pourquoi des psychanalystes sont-ils encore si réticents à interroger leur pratique alors qu’ils constatent les limites de certaines cures-types ? Ce livre est une réflexion sur une autre façon d’utiliser la méthode psychanalytique pour des patients dits inanalysables. Le corps trop souvent négligé dans sa fonction organisatrice de la psyché trouve ici toute son importance. Le divan de la Psychothérapie Psychanalytique Corporelle place l’analyste devant le patient allongé, afin de permettre le dégagement de l’archaïque traumatique en appui sur la perception et la sensorimotricité.