Le masochiste dont parle Sacha Nacht à la suite de Freud n’est pas un pervers sexuel, mais un névrosé. S’il se rend malheureux, il ne cesse aussi de provoquer inconsciemment son entourage à le rendre plus malheureux encore. En fait, tout son comportement vise à réveiller la part de sadisme qui gît en chacun de nous. Il ne semble à sa place que lorsqu’il est victime…