On a dit que je mettais en danger l’équilibre de la pensée freudienne, ce qui interroge aussitôt le type d’équilibre en question ; équilibre d’une pensée en général, mais spécialement de celle-là.

S’agit-il d’un édifice, d’un bel édifice, dont il ne faut enlever aucune aile, aucune partie ? Faut-il donc l’accepter en bloc – faute de quoi on est déviationniste – comme on a accepté pendant des siècles la pensée aristotélicienne, et comme on continue, dans certains cercles, à agir avec les textes sacrés ? S’agit-il d’être talmudiste ?