Ce volume présente les textes du colloque de la Société psychanalytique de Paris qui a eu lieu en janvier 2006. les participants ont confronté leurs pratiques, comparé la situation en France et à l’étranger, analysé les axes théoriques communs, évoqué les principes pouvant orienter vers la psychothérapie considérée comme branche contemporaine de la psychanalyse. Des débats passionnés et passionnants.  

Jean-Luc Donnet est l’un des auteurs marquants de la psychanalyse contemporaine. Chacun de ses livres a été une étape dans la poursuite d’une aventure analytique qui s’étend sur plusieurs décennies. Sa lecture interprétative des textes freudiens a soutenu un remodelage créatif de la métapsychologie. Ses avancées les plus originales portent notamment sur : l’écart théorico-pratique ; le couple site analytique-situation analysante ; l’associativité et la règle fondamentale ; le surmoi et l’humour ; l’agir de parole et le contre-transfert ; le paradoxe et la transitionnalisation du transfert ; la phobie de la pensée et la pensée contra-phobique ; l’écoute en second et l’échange inter-analytique ; la rencontre consultative.

« Une traversée du site analytique », titre déjà choisi par Jean-Luc Donnet pour la journée du 7 janvier 2017, organisée par la Société psychanalytique de Paris autour de son œuvre, marque son désir de revenir sur les traces de son « Odyssée psychanalytique » : une recherche interrogeant les paradoxes d’une méthode qui, face à l’aventure du transfert, entend se porter garante d’une situation analysante. Ce livre réunit tous les textes de la journée, chacun d’eux donnant lieu à un commentaire substantiel de J.L. Donnet.

À peine la psychanalyse était-elle inventée, à la fin du siècle dernier, que sa mort prochaine était annoncée (souhaitée ?). Alors où en est-on aujourd’hui, cent ans après sa naissance ?
Un chercheur venu du Québec a mené une enquête en profondeur au cours d’une série d’entretiens avec quelques analystes français dont il connaissait bien les travaux. Il les a interrogés en leur présentant un éventail de questions, celle que chacun peut légitimement se poser. Par exemple : Freud est-il dépassé ? Pourquoi la guerre entre psychanalystes – et les scissions et le babélisme ? Quelle est la spécificité de la psychanalyse française ? En quoi est-elle marquée par l’enseignement de Lacan ? La pulsion de mort, vous y croyez ? L’intervention de l’État, vous la redoutez ? Avez-vous quelque chose à nous dire sur la toxicomanie, la pédophilie, le racisme ? Le «divan» a-t-il un avenir ?
Les neuf analystes interrogés ne se sont pas dérobés. Chacun, avec cette liberté de ton que favorise l’échange oral, s’est aussi donné le temps de développer ses réponses. Elles sont divergentes mais chacune d’elles témoigne à sa manière que la psychanalyse, cent ans après, loin d’être moribonde, reste une jeune science. Menacée sans doute mais irremplaçable sous réserve qu’elle ne cesse d’affirmer la singularité, l’étrangeté de l’expérience qui la fonde.