C’’est dans la relation archaïque avec sa mère que l’’enfant acquiert la capacité de se construire en tant que personne autonome. Selon cet apport essentiel de la contribution de Ferenczi à la psychanalyse, l’’ouvrage s’’attache à donner tout son sens à son approche sur l’’origine traumatique de la névrose.
Pour devenir riche de sens, la souffrance doit être auparavant exprimée et soulagée. Au travers de séances menées avec des patients, on peut entrevoir quelle implication revient à l’’analyste et quelle participation est demandée au patient. Bioanalyse, transfert, défense schizophrénique… De la théorie à la pratique, de l’’éthique férenczienne aux cas concrets de la psychanalyse, l’’auteur rend hommage à l’’enfant terrible de la psychanalyse tout en signant une réflexion pertinente sur le rôle du thérapeute.