Donald W. Winnicott n’a cessé d’innover, d’inventer, de proposer des solutions inattendues dans la pratique analytique lorsqu’il constatait que l’expérience clinique « ne collait pas avec la théorie ». D’où une œuvre dispersée, aux concepts parfois confus, qu’il était nécessaire de clarifier. Laura Dethiville s’y emploie en reprenant et en expliquant les notions majeures du corpus théorique (objets transitionnels, self, faux self, importance de l’environnement, dissociation…), et en montrant comment Winnicott s’est révélé un étonnant précurseur des soins à apporter aux maux symptomatiques de notre société : pertes d’identité, anorexie ou boulimie, délinquance, maladies psychosomatiques, troubles scolaires… Cette précieuse initiation à la pensée de Winnicott fait de cet ouvrage un outil de réflexion indispensable à la connaissance de cette œuvre.

Pour Freud, il n’y a qu’un seul sexe, le masculin, et il ne changera pas de convictions au cours de son oeuvre. Champ mystérieux,inconnu, caché, continent noir ou terra incognitæ : telles sont ses représentations de la féminité. Il rapporte l’interminable de certaines cures à l’importance qu’occupe le féminin dans les deux sexes : l’envie du pénis chez la femme, la position passive de l’homme.
Comment en est-il arrivé à ces sombres conclusions ? Quelle est l’influence de l’empreinte maternelle dans ce refus ? Quel est l’impact de cette théorie phallocentrique sur la perception du féminin ? Ce sont quelques-unes des questions auxquelles se sont confrontés des psychanalystes de divers horizons. À la faveur de contributions claires et fortement étayées, ils nous permettent de mieux comprendre les enjeux inconscients que révèle le féminin par-delà la différence des sexes.