Borderline, cas-limites, états-limites… les mots cherchent moins à cerner une personnalité originale qu’à dire l’incertitude de la limite qui sépare les catégories psychopathologiques, de la limite qui distingue les composantes de la personnalité psychique, des limites qui balisent le territoire du traitement d’âme. Des contributions d’auteurs, eux-mêmes psychanalystes, permettant de comprendre ces états et leurs possibles traitements.

Ce volume présente les textes du colloque de la Société psychanalytique de Paris qui a eu lieu en janvier 2006. les participants ont confronté leurs pratiques, comparé la situation en France et à l’étranger, analysé les axes théoriques communs, évoqué les principes pouvant orienter vers la psychothérapie considérée comme branche contemporaine de la psychanalyse. Des débats passionnés et passionnants.  

La popularité de la psychanalyse, loin d’affermir son identité, semble en hâter la dissolution. De tous côtés on s’adresse à elle comme panacée des souffrances psychologiques, comme explication du comportement humain, comme clef pour l’étude de la société et de la culture. Il est facile de dénoncer ces excès, il est moins aisé de définir les limites d’une extension justifiée. Toute discipline scientifique est expansionniste par nature, mais une pratique thérapeutique doit mesurer ses possibilités. Ces contradictions rendent incertaine l’identité du psychanalyste. Quelles sont ses attributions, ses responsabilités ? Est-il toujours assuré de partager avec ses collègues la même expérience clinique ? Différences et divergences permettent-elles toujours un travail en commun ?

La pulsion de mort est un concept métapsychologique tardif dans l’oeuvre de Freud. Ses successeurs l’ont utilisé depuis dans des sens très différents. Tantôt il a été réduit à l’automatisme de répétition, tantôt à l’agressivité. Il apparaissait opportun que des psychanalystes d’inspirations diverses confrontent leurs vues et établissent les points d’accord et les raisons des divergences. La Fédération européenne de Psychanalyse, fidèle à sa vocation de lieu d’échange entre psychanalystes de cultures et de langues différentes, a organisé un débat entre cliniciens sur cette question. Des rapports introductifs avaient été préparés à cet effet ; ce sont eux et le compte rendu du panel qui a réuni les rapporteurs qui sont ici présentés.

À peine la psychanalyse était-elle inventée, à la fin du siècle dernier, que sa mort prochaine était annoncée (souhaitée ?). Alors où en est-on aujourd’hui, cent ans après sa naissance ?
Un chercheur venu du Québec a mené une enquête en profondeur au cours d’une série d’entretiens avec quelques analystes français dont il connaissait bien les travaux. Il les a interrogés en leur présentant un éventail de questions, celle que chacun peut légitimement se poser. Par exemple : Freud est-il dépassé ? Pourquoi la guerre entre psychanalystes – et les scissions et le babélisme ? Quelle est la spécificité de la psychanalyse française ? En quoi est-elle marquée par l’enseignement de Lacan ? La pulsion de mort, vous y croyez ? L’intervention de l’État, vous la redoutez ? Avez-vous quelque chose à nous dire sur la toxicomanie, la pédophilie, le racisme ? Le «divan» a-t-il un avenir ?
Les neuf analystes interrogés ne se sont pas dérobés. Chacun, avec cette liberté de ton que favorise l’échange oral, s’est aussi donné le temps de développer ses réponses. Elles sont divergentes mais chacune d’elles témoigne à sa manière que la psychanalyse, cent ans après, loin d’être moribonde, reste une jeune science. Menacée sans doute mais irremplaçable sous réserve qu’elle ne cesse d’affirmer la singularité, l’étrangeté de l’expérience qui la fonde.