En octobre 1907, Freud reçoit un jeune homme de vingt-neuf ans, Ernst Lanzer, qui se plaint d’avoir des obsessions qui l’empêchent de vivre. Pendant neuf mois, utilisant la technique de la libre association et prenant appui sur un horrible récit de supplice chinois, Freud et son patient feront émerger d’étranges tourments sexuels et morbides jusqu’à ce que Lanzer, ayant pris conscience de la peur et de la haine féroce qu’il éprouvait envers son père, finisse par commencer à vivre la vie qu’il voulait.

Considéré par certains comme la seule thérapie vraiment réussie de Freud, le cas de l’homme aux rats est ici complété des « Nouvelles remarques sur les psychonévroses de défense » (1896), où Freud élabore pour la première fois le concept de névrose obsessionnelle.

« Lorsque quelqu’un parle, il fait clair. » (Freud)

Voici le livre par où le « scandale » serait arrivé. Publié en 1905, sans arrêt remanié, corrigé, réécrit par Freud jusqu’à son édition définitive de 1920, il brise l’image de l’enfance innocente et place le « sexuel » au centre de toute l’activité psychique de l’être humain. C’est dans ces Trois essais que Freud parle pour la première fois de la pulsion, là aussi qu’il décrit l’enfant comme un pervers polymorphe, là encore qu’il explique comment l’on devient sexuellement adulte. S’en trouvent alors éclairés des débats très actuels de notre société, notamment ceux qui touchent à l’hypersexualisation des enfants, à l’homophobie, et plus généralement aux normes sexuelles.

En octobre 1901, Freud reçoit une certaine « Dora », jeune fille de dix-huit ans que son père lui envoie dans l’espoir qu’il la guérisse de ses fantasmes sexuels et de ses « lectures pornographiques ». En onze semaines, à l’issue desquelles sa patiente interrompra d’elle-même le traitement, cette banale histoire de famille va progressivement se transformer, selon Elisabeth Roudinesco, en « une véritable tragédie du sexe, de l’amour et de la maladie »…

Publié quatre ans plus tard, en 1905, Dora est le plus célèbre et le plus complet des cas de psychanalyse rédigés par Freud. D’une rare force narrative, développant des hypothèses totalement novatrices sur l’hystérie, la bisexualité et le transfert, il est, de l’avis général, aussi important que L’interprétation des rêves et les Trois essais sur la théorie sexuelle.

Dans ce texte précurseur, très littéraire, il est question des relations entre un enfant et ses parents, des relations dont l’enfant va faire une maladie. Les parents du petit Hans sont pourtant soucieux de leurs enfants. Ils s’occupent d’eux, leur parlent, prennent même la liberté d’une analyse pour leur garçon. Mais voilà que se déclare chez Hans, en cours d’analyse, une peur panique  des chevaux, une phobie telle que, bien vite, il refuse de sortir de chez lui….

En publiant en 1909 le cas du petit Hans, Freud veut prouver la fameuse thèse qu’il a énoncée quatre ans plus tôt : l’activité psychique des enfants est traversée de problématiques sexuelles dont l’élaboration conditionne la vie adulte. Mais il pose aussi une autre question : peut-on, en analysant les enfants, sinon fixer des règles idéales d’éducation sexuelle, du moins être averti d’erreurs à ne pas commettre ?