Michel de Montaigne

Né le 28 février 1533 à Bordeaux. Son père a fait les guerres d’Italie. Il a un  précepteur allemand qui lui a toujours parlé en latin. Il a eu son bac et est magistrat à 21 ans après avoir fait des études de droit. Ami du poète Etienne de la Boétie.

Deux évènements l’ont incité à écrire ses essais : le chagrin de la mort de son père et celle de la Boétie ainsi que son envie de se faire connaître. Il se retire chez lui et écrit mais souffre de calculs rénaux et part en voyage. Pendant ce temps il est élu maire de Bordeaux mais refuse. Il accepte convaincu par le roi. Il est réélu maire. Il est catholique mais tolérant. C’était l’ami d’Henri de Navarre.

Dans ses Essais (1571), il y fait son autoportrait, parle beaucoup de la mort, est contre la torture et les procès pour sorcellerie et contre la colonisation de l’Amérique car selon lui elle amène a des violences incroyables. Montaigne est un héritier de l’humanisme mais est presque déjà un penseur baroque car il constate que dans le monde, rien n’est stable.

Consacré à Sigmund Freud, ce Cahier présente un ensemble de textes rassemblés sur la base d’une idée simple et forte, énoncée en un « argument » préalablement soumis aux auteurs sollicités, et dont voici l’essentiel : La visée est de situer les déterminants et la portée de l’oeuvre de Freud dans la culture occidentale, compte tenu du recul dont nous disposons aujourd’hui.

La psychanalyse y est apparue comme un produit du 19ème siècle, née à la confluence d’influences culturelles, de mouvements scientifiques, de traditions philosophiques, de mouvements sociaux, etc., qui lui ont donné, via l’homme Freud, sa figure particulière. Cette oeuvre aura fortement contribué à modeler le siècle suivant. On se propose donc d’organiser ce volume sur le thème « Freud résonateur », par analogie avec le « résonateur » dispositif physique qui vibre en réponse à des actions du milieu, choisit et transforme ces vibrations selon des lois qui lui sont propres, et qui en retour fait vibrer son entourage selon de nouvelles fréquences. Cette métaphore est utile pour évaluer la vie et l’oeuvre d’un Sigmund Freud né en 1856 et à bien des égards produit du 19ème siècle, mort en 1939 au coeur d’un 20ème siècle qu’il aura puissamment contribué à modifier.

Cahier dirigé par Roger Perron et Sylvain Missonnier.