Et si le grand problème actuel était que la plupart des injonctions qui nous sont assénées pour nous calmer ne font que nous mettre une pression plus grande ? Il faudrait « méditer », manger comme ceci, faire tel entraînement pour être en forme, avoir de l’initiative, ne pas parler comme cela, être à la fois calme et dynamique, chaleureux et sérieux… Et si au contraire il fallait plutôt commencer par se foutre la paix pour commencer à vivre ? Mais comment lâcher-prise et se donner l’autorisation d’être soi-même ? 

C’est ce que proposera d’explorer Fabrice Midal dans son nouveau livre Foutez-vous la paix ! Et commencez à vivre dont les différents chapitres inviteront à : 

Chapitre 1- Cessez de méditer — Ne faites rien
Chapitre 2- Cessez d’obéir — Vous êtes intelligent
Chapitre 3- Cessez d’être sage — Soyez enthousiaste
Chapitre 4- Cessez d’être calme — Soyez en paix
Chapitre 5- Cessez de vous réfréner — Désirez !
Chapitre 6- Cessez d’être passif — Sachez attendre
Chapitre 7- Cessez d’être conscient — Soyez présent
Chapitre 8- Cessez de vouloir être parfait — Acceptez les intempéries
Chapitre 9- Cessez de chercher à tout comprendre — Découvrez le pouvoir de l’ignorance
Chapitre 10- Cessez de rationaliser — Laissez faire
Chapitre 11- Cessez de vous comparer — Soyez vous-même
Chapitre 12- Cessez d’avoir honte de vous — Soyez vulnérable
Chapitre 13- Cessez de vous torturer — Devenez votre meilleur ami
Chapitre 14- Cessez de vouloir aimer — Soyez bienveillant
Chapitre 15- Cessez de discipliner vos enfants — La méditation n’est pas de la Ritaline
Conclusion- L’émerveillement d’être

L’élégance, la beauté, le bien-être et au final le mieux vivre : voilà ce que propose « L’Art de la simplicité ». Inspiré des philosophies orientales, très dans l’air du temps, ce livre a tout pour devenir LE manuel d’art de vivre des femmes des années 2000. Installée au Japon depuis de longues années, Dominique Loreau est imprégnée par le mode de vie de son pays d’adoption. Un mode de vie qui repose sur le principe du «moins pour plus» appliqué à tous les domaines, qu’ils soient matériels (la maison, la mode, la beauté…) ou spirituels (le rapport entre le corps et l’esprit, le bien-être mental). De l’art de vous sentir bien chez vous à celui de vous sentir bien en vous, elle transpose ces préceptes à l’usage des femmes occidentales et leur donne tous les conseils (très concrets) pour faire de la simplicité leur seconde nature.Toutes les astuces pour ne plus céder aux achats compulsifs que vous n’utiliserez ou ne porterez jamais… et n’en être que plus élégante. Tous les trucs pour ne plus se ruiner en produits de soins inefficaces… et ne se sentir que plus belle, mieux dans sa peau. Toutes les approches qui permettent de se sentir bien dans son corps et dans sa tête: mieux avec soi-même, donc mieux avec les autres. Entre essai et guide pratique, réflexion et solutions concrètes, ce livre se révèle un antidote efficace aux tromperies de la société de consommation.

Avec 5 millions d’exemplaires vendus dans le monde dont environ 400 000 en France, le succès des accords toltèques est difficilement passé inaperçu. Mais de quoi s’agit-il vraiment ? Qui est ce Don Miguel Ruiz ? Comment expliquer cet engouement ? Quel est ce puissant code de conduite basé sur les enseignements des chamans mexicains ? Que peut-on en penser ? Est-ce vraiment nouveau ? Peut-on aller plus loin ?

Dans ce petit livre, Gilles Azzopardi vous présente le best-seller mexicain et vous en propose sa lecture de psychosociologue, n’hésitant pas à en montrer les limites et les failles comme à en mettre en lumière les richesses.

Sans langue de bois, ce petit livre vous permettra d’y voir plus clair et d’aller plus loin en utilisant les accords toltèques au sein du couple comme au travail.

CONNAISSEZ-VOUS CINQ PERSONNES VRAIMENT HEUREUSES ?

Le bonheur, nous y aspirons tous. Pourtant, très peu de gens savent comment atteindre cet état, s’y maintenir ou le retrouver si la vie les a bousculés. Qu’est-ce qui les en empêche? S’inspirant de sa propre expérience et de celle des personnes qu’il a accompagnées, Thomas d’Ansembourg identifie dans cet ouvrage de puissants pièges anti-bonheur, qui s’immiscent à notre insu entre nous et une vie plus légère, plus profonde et plus riche. Il analyse leurs manifestations dans notre quotidien et nos façons de penser, démonte un à un leurs mécanismes et nous indique avec humour et bienveillance la voie menant à un bien-être intérieur de plus en plus grand et généreux. Mais la connaissance de ces pièges et de leur fonctionnement ne suffit pas. Pour nous en libérer, nous avons besoin de nous retrousser les manches et de mouiller notre chemise. Et cela, ce n’est pas nécessairement confortable…

Demandez-vous toujours : « Quelle importance cela aura-t-il dans un an ? »

Presque tous les jours, je me livre à un petit jeu que j’appelle le « saut temporel » ou « la machine à avancer le temps ». Je l’ai inventé en réponse à une idée fausse mais accrochée à mon esprit comme une moule à son rocher : l’idée selon laquelle tous mes problèmes sont gravissimes.

Pour jouer au « saut temporel », il vous suffit de vous transporter par la pensée dans l’avenir. Vous n’êtes plus dans le pétrin, la tête dans le sac, mais un an plus tard. Posez-vous alors la question : « La situation est-elle aussi critique que je le prétends ? » Il peut arriver – exceptionnellement – que la réponse soit « oui ». Mais dans la majorité des cas, c’est « non ».

Vous avez eu une scène de ménage ? Un accrochage avec vos enfants ? Votre patron vous a remonté les bretelles ? Vous vous êtes foulé la cheville ? Vous avez essuyé une déception d’ordre professionnel, ou bien perdu votre porte-feuille ? Il y a de fortes chances pour que, dans un an, ce soit le cadet de vos soucis. Une circonstance insignifiante à l’échelle de votre existence. Une affaire classée.

Ce petit jeu ne prétend évidemment pas résoudre toutes vos difficultés. Il peut cependant vous aider à relativiser bon nombre de vos problèmes. Je me surprends à rire aujourd’hui de choses que je prenais hier beaucoup trop au sérieux. Plutôt que de dépenser mon énergie en stress ou en agressivité, je peux la mettre à profit avec ma femme et mes enfants ou bien la mobiliser pour une réflexion fructueuse. «  

La plupart d’entre nous avons été élevés dans un esprit de compétition, de jugement, d’exigence et de pensée de ce qui est « bon » ou « mauvais ». Au mieux, ces conditionnements peuvent conduire à une mauvaise compréhension des autres, au pire, ils génèrent colère, frustration, et peuvent conduire à la violence. Une communication de qualité entre soi et les autres est aujourd’hui une des compétences les plus précieuses.
Par un processus en quatre points, Marshall Rosenberg met ici à notre disposition un outil très simple dans son principe, mais extrêmement puissant, pour améliorer radicalement et rendre vraiment authentique notre relation aux autres. Grâce à des histoires, des exemples et des dialogues simples, ce livre nous apprend principalement : à manifester une compréhension respectueuse à tout message reçu, à briser les schémas de pensée qui mènent à la colère et à la déprime, à dire ce que nous désirons sans susciter d’hostilité et à communiquer en utilisant le pouvoir guérisseur de l’empathie.
Cette nouvelle édition est par ailleurs enrichie d’un important chapitre sur la médiation et la résolution des conflits. Bien plus qu’un processus, c’est un chemin de liberté, de cohérence et de lucidité qui nous est ici proposé !

L’ouvrage le plus personnel de Jacques Salomé nous interpelle sur l’art de communiquer en conscience.. Riche de son itinéraire, de son expérience et de ses rencontres, il propose quelques balises, et une méthodologie pratique pour :

- Explorer les zones d’ombre ou de méprise dans notre personnalité, les pièges et les malentendus qui nous enchaînent dans notre relation avec autrui et avec nous-mêmes.
- Sortir des fidélités contraignantes et aller de la fidélité à l’autre à la fidélité à soi.
- Différencier ressentis et sentiments.
- Affronter les risques et les obstacles au changement personnel.
- Vivre les deuils successifs de notre existence qui nous permettent de grandir.
- Apprendre à vivre les séparations et les ruptures mais aussi les cadeaux de la vie.

Un livre-clé pour notre époque car il est urgent d’établir le fondement de cette science de cet art qu’est la communication relationnelle..

picto-note
Notes
Un livre qui est aussi une véritable charte du bien-être avec soi-même et avec autrui. Un pont entre la psychologie et la spiritualité !

Cerveau gauche, cerveau droit, un mythe neuronal

La localisation asymétrique de certaines fonctions cérébrales est une réalité connue depuis le 19e sicèle. mais l’idée d’attribuer à la dominance d’un hémisphère du cerveau la raison de dispositions intellectuelles ou caractérielles différentes est bien plus récente : on l’attribue à deux neurologues, Norman Geschwind et Albert Galaburda, qui publièrent en 1987 une hypothèse séduisante opposant le cerveau gauche « rationnel » au cerveau droit « intuitif » : selon que vous vous servez plus de l’un que de l’autre, vous serez donc comme ceci ou comme cela. En dépit du scepticisme de nombreux spécialistes, cette phrénologie moderne a connu, en raison de son dualisme simple, un grand succès médiatique, et reçu quelques appuis scientifiques (en France Lucien Israël, Béatrice Millêtre). Hélas, le flop devait arriver : une étude publiée en 2013 montrait – imagerie cérébrale à l’appui – que tout le monde utilise ses deux hémisphères à peu près de la même façon.

Nicolas Journet

Récemment, je suis tombée sur un article publié dans Le Point du 28 septembre 2014 intitulé « Pourquoi lisons-nous des livres de développement personnel ? » Cet article m’a beaucoup éclairée. Le ton était donné dès le départ : « Nicolas Marquis, docteur et chercheur en sociologie, professeur à l’université Saint-Louis-Bruxelles, a plongé dans le monde du développement personnel, il en est revenu avec une certitude : si, à la lettre, ces ouvrages semblent ne délivrer que des conseils d’une platitude absolue, les lecteurs, eux, y trouvent des ressorts puissants de changement. Quelle est cette société dans laquelle les individus, lorsqu’ils rencontrent un problème dans leur vie, ne se lamentent pas, ne le subissent pas, mais se mettent à lire des ouvrages qui leur enjoignent de « travailler sur eux-mêmes ? » » Nicolas Marquis a mené de nombreux entretiens et a analysé le courrier des lecteurs de Boris Cyrulnik, Thomas d’Ansembourg et Thierry Janssen. Il voit un paradoxe incompréhensible entre la banalité du discours et l’enthousiasme des lecteurs, certains allant jusqu’à prétendre que tel ou tel livre a « changé leur vie ». Visiblement, tout cela laisse perplexe ce docteur et chercheur en sociologie. De son point de vue, il raison : Pourquoi tant d’engouement pour des images sur lesquelles il n’y a que des points à regarder ?

Un guerrier de la lumière se décourage souvent.
Il pense que rien ne parviendra à susciter l’émotion qu’il espérait. Il passe des après-midi ou des nuits entières à tenir une position conquise, sans qu’aucun événement nouveau vienne raviver son enthousiasme.
Ses amis commentent: « peut-être sa lutte est-elle déjà terminée ».
Le guerrier ressent douleur et confusion en écoutant ces paroles parce qu’il sait qu’il n’est pas parvenu là où il voulait. Mais il est têtu, et il n’abandonne pas ce qu’il a décidé de faire.
Alors, au moment où il s’y attend le moins, une porte s’ouvre.

Ouvrage, à la fois méditatif et poétique, dans lequel Jacques Salomé nous propose plusieurs thèmes de réflexion qui ont une portée universelle, dans le sens où ils vont toucher chacun au plus intime de lui-même. Que l’auteur parle d’amitié, d’amour, de tendresse, de souffrance, de séparation ou de grandes et petites douleurs et joies, il établit une connivence réelle avec son lecteur que se reconnaît dans le miroir ainsi tendu, avec toutes ses imperfections, ses espoirs et aussi sa quête d’absolu. Illustré par les dessins de Dominique de Mestral, qui sont comme autant de ponctuations colorant et dynamisant symboliquement ses propos.

Ce livre nous apprend comment être avec l’autre tout en restant soi-même, comment être soi sans cesser d’être avec l’autre. Pratique difficiles, car nous avons appris à nous couper de nous-même pour être avec les autres . Cette tendance à ignorer ou à méconnaître nos propres besoins nous incite à nous faire violence, violence qui risque bien de se reporter sur les autres : le non respect de soi mène au non respect de l’autre. Ce livre nous montre comment la communication consciente et non violente nous permet de « décoder » nos sentiments et besoins respectifs et d’exprimer clairement nos demandes de façon négociable.
Ce livre a reçu le prix du festival des auteurs psys de Nîmes en avril 2003

Illustrations de Dominique de Mestral.

Une approche symbolique pour entendre tous les langages du corps.

Une approche symbolique par le conte, la métaphore, qui existent dans toutes les cultures pour entendre les langages du corps. Une proposition à chacun de se réparer pour éliminer des souffrances inscrites dans l’âme et le corps. Comment s’entendre et mieux se dire au-delà des mots. Pour les parents une ouverture sur le monde intérieur caché, intense et parfois douloureux de leur enfant.