La part infantile

Les adultes surdoués partagent une caractéristique tout à fait étonnante et pourtant bien cachée : une part infantile encore très présente. prêt à s’activer à la plus petite sollicitation. tapie au fond de la « grande personne », mais tellement vivante.

La part infantile est ce qui reste de la magie de l’enfance : le rêve, la créativité, la certitude que tout est possible. La capacité de s’émerveiller, surtout. la capacité à être submergé par une joie profonde. Pour un petit rien. Un tout petit rien. Mais aussi à être terrassé par la moindre injustice, la plus infime souffrance : un animal blessé, un vieux qui a du mal à se relever, l’enfant qui tombe alors qu’il était si fier de ses premiers pas….

[…]

  • La naïveté, expression de la crédulité

C’est une des grandes particularités de cet adulte surdoué : il continue à croire, comme un enfant. il croit au merveilleux, au magique. De la vie, des rencontres, des possibles. Sa naïveté le rend prêt à tout croire et à se retrouver vite submergé par ce que cela entraîne. les larmes aux yeux arrivent vite. Pourtant, ils s’abstient, il se comporte en « grande personne », sérieuse, réfléchie. Mais il garde, cachée, un âme d’enfant.

  • L’enthousiasme, une énergie immense.

[…] C’est un atout inouï. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, c’est une qualité rare, très peu fréquente. Cet enthousiasme que l’on peut ressentir alors que personne ne s’anime est une énergie exceptionnelle. Qui peut changer complètement la vie. A consommer sans modération !

  • La face la plus sombre de la part infantile : la plainte et le sentiment de toute-puissance, en alternance

Un adulte surdoué est souvent dans la plainte. Comme un enfant ! Il se plaint de tout, tout le temps. Ce n’est jamais de sa faute, toujours celle des autres. Il y croit en plus. Sincèrement. Comme l’enfant qui pense que s’il a eu une mauvaise note, c’est le prof qui est méchant ou que si un parent le gronde, c’est injuste, car, dit-il, « J’ai rien fait ! ». C’est ce que l’on appelle un fonctionnement externalisée. On considère que les causes de problème sont à l’extérieur. Que notre responsabilité n’est pas engagée. Tout le monde devient potentiellement responsable : le patron, le conjoint, la société, l’économie, le gouvernement, les autres, le psy. Tous, sauf moi-même ! Car cela supposerait une profonde remise en question, opération difficile pour un surdoué fragile qui peine à avoir confiance en lui. « Je veux bien, mais je ne peux pas », répète-t-il…

Mais, lorsqu’il se rapproche dangereusement de ce point de rupture où il se sent vaciller sur ses bases, quand l’image, même vulnérable, qu’il a de lui-même menace de s’effacer totalement, on assiste à une brusque bascule : la maîtrise rigide. Soudain, l’adulte surdoué reprend le contrôle avec une illusion complète de toute-puissance, voire d’omniscience. On retrouve bien là toute la part infantile qui s’exprime : l’omnipotence du petit enfant convaincu qu’il a tout pouvoir sur les choses.

L’adulte surdoué, dans ces moments-là, partage cette certitude puérile : si je veux j’obtiens. Si j’ai décidé, rien ne peut me résister. Et j’y arriverai.

De la plainte à la toute-puissance, c’est tout le spectre de la difficile construction de soi qui se révèle. C’est cette fragilité de l’image de soi qui malmène le surdoué et le fait osciller entre des extrêmes si infantiles. C’est parce qu’il a du mal à construire une représentation stable et confortable de ce qu’il est que le surdoué flanche et se raccroche à des mécanismes dépassés. Tous les doutes avec lesquels il vit, produits par cette intelligence acérée et cette sensibilité affûtée, brouillent les pistes : qui est-il vraiment ? Ce qu’il perçoit en lui est-il suffisamment solide pour s’y appuyer en confiance ? Tel est son grand dilemme.