Dora a été victime d’une agression sexuelle à 13 ans. A 17 ans, elle est amenée chez Freud pour traiter sa « petite hystérie ». Que penser aujourd’hui de l’attitude de Freud face à cette jeune patiente ? Il semble bien que, loin d’être une cure exemplaire, ce cas traduit l’incompréhension totale de Freud de la sexualité féminine et de l’adolescence. Freud n’estime-t-il pas que Dora aurait dû céder à son agresseur ?